Des plantes qui soulagent le syndrome prémenstruel (SPM)

Soulager le syndrome prémenstruel avec les plantes

As-tu déjà eu une impression passagère que rien ne va, que tout ce que tu fais est nul et que la moindre petite scène d’amour à la télé te fait fondre en larmes ? Une envie soudaine de jeter ton ordinateur par la fenêtre ou dévaliser ton placard à biscuits en 4 minutes top chrono… Et si en fait il s’agissait de l’arrivée de tes règles ! As-tu déjà entendu parler du syndrome prémenstruel ? On a quelques trucs pour t’aider à adoucir les symptômes qui l’accompagnent. 

Qu’est-ce que le syndrome prémenstruel (SPM) ?

C’est un trouble qui affecte les émotions et la santé d’environ 80% des personnes menstruées, 5 à 10 jours avant l’arrivée de leurs règles. En résumé, nous en sommes quasiment toutes atteintes ! 

Les principaux symptômes du syndrome prémenstruel se classent en 3 catégories.

  • Les troubles digestifs : ventre gonflé dû aux ballonnements, diarrhée, constipation
  • Les troubles émotionnels : irritabilité, stress, déprime, manque d’énergie, troubles du sommeil)
  • L’inconfort physique : tensions mammaires, douleurs pelviennes, rétention d’eau, acné)

Cette liste de symptômes t’est familière ? Bienvenue au club ! 

Pas de panique! Ces symptômes sont communs et, dans la plupart des cas, ils ne sont pas alarmants. En revanche, ce qui est COMMUN n’est pas pour autant NORMAL. 

Comprendre les causes

Le syndrome prémenstruel est principalement dû aux fluctuations d’hormones reproductives (œstrogène, progestérone, hormone folliculo-stimulante et hormone lutéinisante) qui, sans cesse en mouvement, génèrent différents phénomènes dans l’organisme.

Voici un schéma qui pourra t’aider à comprendre l’évolution de tes hormones au cours de chaque mois. Ceci est une moyenne, un cycle peut être un peu plus long ou à l’inverse plus court.

 

syndrome prémenstruel et phases du cycle menstruel

 

Je n’ai pas le moral !

En l’absence de fécondation en période d’ovulation, les œstrogènes et la progestérone chutent. La paroi épaissie de l’utérus (l’endomètre), qui soutiendrait une grossesse, n’est plus nécessaire et va dès lors s’extraire (règles). Jusqu’ici tout va bien…

Mais voilà, la chute des œstrogènes et de la progestérone génèrent une chute de l’hormone du bonheur, plus communément appelée sérotonine. C’est un neurotransmetteur qui aide à réguler l’humeur, le sommeil et l’appétit. De faibles niveaux de sérotonine sont liés à des sentiments de tristesse, d’irritabilité, de troubles du sommeil et de fringales inhabituelles. Tout s’explique ! Le paquet de bonbons devant un film, c’est ton cerveau qui te demande de le fournir en plaisir pour augmenter ses taux de sérotonine. Si seulement le syndrome prémenstruel se résumait à deux paquets de chips par mois, ça ne serait pas très grave! Malheureusement, des taux de sérotonine bas sont synonymes de baisse de moral et d’irritabilité. Peut-être as-tu remarqué que tes émotions te dépassent ou que certaines situations te gênent plus que d’habitude ? Ces effets peuvent être désagréables à vivre au quotidien.

Je ne peux pas fermer mon jean !

En ce qui concerne notre système digestif, c’est l’entrée en scène des prostaglandines qui sème la pagaille. Ce sont des cellules produites pour déclencher les contractions de l’utérus, dans le but d’évacuer l’endomètre. Certaines personnes ressentent leurs effets avant l’arrivée des règles, ce qui allonge la période des douleurs pelviennes. En se propageant dans l’organisme, les prostaglandines parviennent parfois à se loger au niveau de notre intestin : il se contracte, ce qui altère son fonctionnement. Les ballonnements sont l’un des symptômes les plus courants. Il en est de même pour la diarrhée et la constipation, causées par les contractions intestinales. Comme si les règles n’étaient pas suffisantes, les épisodes aux toilettes deviennent un vrai branle-bas de combat !

Les boutons ont débarqué !

La chute des hormones incite parfois les glandes sébacées à sécréter plus de sébum. Cela crée une inflammation cutanée et la production de bactéries responsables de l’acné. Un système digestif perturbé accentue aussi l’arrivée de l’acné. Donc si tu as plus de boutons avant et pendant tes règles, sache que c’est normal et tu n’es pas seul.e !

Comment soulager le syndrome prémenstruel naturellement ?

Syndrome prémenstruel

Un grand nombre de médecins prescrivent la pilule pour soulager le syndrome prémenstruel. L’explication derrière cette solution (qui est loin d’être la seule, rassurez-vous!) est que la pilule contraceptive rend les hormones linéaires, c’est-à-dire qu’il n’y a plus d’ovulation. Pas de fluctuations d’hormones = pas (ou peu) de syndrôme prémenstruel. Toutefois, la pilule contraceptive peut venir avec un tas d’effets secondaires et nous déconnecte de notre cycle menstruel.  Si tu souhaites vivre un cycle naturel et rester connecté.e. à tous les messages qu’il t’envoie, tu seras dès lors candidat.e au fameux syndrome prémenstruel ! 

Pas de panique ! Il est possible, grâce à la naturopathie, de cibler chacun des symptômes ressentis et en être soulagé.e naturellement grâce aux plantes, vitamines et minéraux. La bonne nouvelle dans cette histoire c’est qu’en retrouvant des cycles naturels, tu vas (re)faire connaissance avec Madame Libido ! La montée en flèche des œstrogènes au moment d’une ovulation naturelle stimule le désir et accentue l’énergie sexuelle, plutôt cool !

Les plantes, vitamines et minéraux qui soulagent le syndrome prémenstruel

  • L’actée à grappes, l’Alchémille et l’Achillée millefeuille sont des plantes aux propriétés antispasmodiques. En période de règles, elles permettent au muscle utérin de se détendre, ce qui soulage la douleur. 
  • L’Angélique chinoise, riche en phyto-oestrogènes, est un régulateur hormonal. Elle contient plus de 70 composés différents, dont des huiles essentielles telles que le Z-ligustilide. Celui-ci possède un effet antispasmodique et améliore la micro-circulation. 
  • Les feuilles de framboisier contiennent de la fragarine, une substance qui réduit l’état inflammatoire de l’appareil reproducteur féminin et les crampes utérines.
  • Les probiotiques sont les « bonnes » bactéries dont l’intestin a besoin pour être sain et fonctionner efficacement. Lorsqu’ils sont associés au fenouil et au gingembre, ils facilitent la digestion et atténuent les troubles du transit tels que les ballonnements, la constipation et la diarrhée.
  • La vitamine A, le zinc, la bardane et l’extrait de pépins de raisin contribuent au maintien d’une peau rayonnante.
  • Le ginkgo Biloba, un énergisant puissant, réduit l’état de fatigue et booste l’immunité. 
  • Le millepertuis, un antidépresseur naturel, réduit l’anxiété et l’irritabilité. 
  • Le pavot de Californie et la mélisse ont des propriétés sédatives, ce qui fait d’eux le combo idéal pour rester sereine et bien dormir.

Pour en apprendre davantage sur les plantes alliées du cycle menstruel, tu peux consulter le Ebook Mme L’Ovary, envoyé à toutes les personnes qui s’inscrivent à leur infolettre. 

Si tu es intéressé.e par une expérience au naturel, n’hésite pas à consulter un.e naturopathe ou à demander conseil à ton médecin. Il est à noter que certaines plantes ont des effets puissants et ne peuvent pas être associées à des médicaments de type anxiolytique.

À toi de trouver la solution qui te correspond le mieux ! L’exercice physique et l’alimentation jouent aussi un rôle crucial dans notre bien-être menstruel. Bref, prendre soin de toi t’aidera à faire face à ce petit boulet de syndrome prémenstruel !

Article rédigé en collaboration avec : Célia Bachelot, fondatrice de l’entreprise Twenty-eight

Twenty-eight est une marque dédiée aux troubles du cycle menstruel. Une gamme de compléments alimentaires à base de plantes, vitamines et minéraux qui ciblent le symptôme pour le soulager sans interférer avec les variations hormonales naturelles.