Comment devenir zéro déchet?

comment devenir zéro déchet

Vivre le zéro déchet en toute simplicité, c’est maintenant possible grâce aux 5 R! Quand on parle d’un monde plus vert, on pense tout de suite à une réduction de la pollution globale et du gaspillage, ce qui peut nous faire sentir impuissante. Comment faire une différence à l’échelle individuelle? 

Adopter le mode de vie zéro déchet

Le zéro déchet maison se présente comme l’alternative de choix! C’est aussi un mode de vie, car il implique de transformer nos habitudes et d’en instaurer de nouvelles. Certaines peuvent sembler plus compliquées à mettre en place, mais heureusement, on vous partage aujourd’hui des astuces et ressources zéro déchet pour rendre la transition pratique et facile à effectuer. 

Comme Mélissa de La Fontaine, référence reconnue du mouvement zéro déchet au Québec, l’a si bien dit dans la Table Rouge dédiée à ce sujet : « il n’y a pas de police du zéro déchet, et le but ce n’est surtout pas d’être parfait, mais bien de faire de notre mieux! »

De nos jours, plusieurs entreprises et organisations inspirantes se dédient à offrir des produits, trucs et ressources pour simplifier cette transition, comme Mme L’Ovary pour des menstruations écologiques, la Coop Incita pour un accompagnement vers un mode de vie zéro déchet, ou Les Trappeuses pour nos produits fabriqués maison DIY (Do It Yourself). 

famille zéro déchet

Crédit photo : Josée Lecompte

Vers une transition zéro déchet

Changer nos habitudes signifie transformer celles qui sont moins bonnes pour en instaurer de meilleures. Ces nouveaux comportements sont bien souvent préférables, tant pour l’environnement que pour notre portefeuille et nous-même. Le zéro déchet, c’est le retour à l’autonomie et à la cohérence entre nos valeurs et actions. 

Ainsi, on développe un lien plus intime avec la Terre, avec notre corps, avec les aliments que l’on consomme, la façon de nous nettoyer, etc. Bien sûr, cela demande de la détermination et du temps. On dit qu’en général, pour instaurer une nouvelle habitude, on met 21 jours. Donc, on ne doit pas baisser les bras et continuer jusqu’à ce qu’elle devienne un réflexe ancré, facile et automatique. 

« Si le zéro déchet vous rend anxieux, vous êtes allés trop loin. Lâchez prise et reculez.  -Mélissa de La Fontaine

Les motivations du zéro déchet

Aussi, il est important de trouver la motivation profonde et personnelle de faire ce changement, pour ne pas abandonner à la moindre difficulté. Bien sûr, notre intention première demeure de se mettre au zéro déchet. Par la suite, il est bon de se rappeler pourquoi le mettre en place et quelles sont nos limites.

« Tendre vers le zéro déchet, ça dépend des limites personnelles et du contexte de vie de chacun. ». -Mélissa de La Fontaine

 Est-ce que c’est pour mettre de côté de l’argent, pour suivre la tendance du moment ou pour vivre de façon verte ? Toutes les réponses sont bonnes. L’important, c’est que plus on se sent émotionnellement impliqué par la raison, plus on sera motivé à poursuivre notre quête et à chercher de nouvelles astuces zéro déchet.

Par contre, n’essayez pas de tout faire en même temps, mais plutôt observez où apporter un changement accomplira la plus grande différence. Pour cela, analysons maintenant une petite formule magique pour nous aider dans ce cheminement : les 5 R.

transition zéro déchet

Les 5 R

Une formule magique, c’est une petite phrase qui contribue à rendre réel et concret un aspect qui le semble moins. Les 5 R nous aident à garder le cap dans notre transition zéro déchet. Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler et Composter sont en fait les 4 R et 1 C. Les 5 R apparaissent tout compte fait comme une expression anglophone tirée du livre de Béa Johnson, Zéro déchet (Transcontinental, 2014).

Refuser.

Pour poursuivre notre but de famille zéro déchet, d’abord refusons le superflu. Ne plus acheter par compulsion et se demander si l’on en a vraiment besoin. On peut déjà dire non aux publicités, au courrier indésirable, ne plus consommer d’ustensiles à usage unique, les emballages cadeaux, etc. Refuser ce qui ne fait plus de sens pour nous, c’est aussi reprendre le pouvoir sur nos vies. 

Avez-vous déjà vu l’impressionnante vidéo The Story of a Spoon? Ça remet définitivement le refus en perspective au quotidien. 

Réduire.

Vivre simplement est en soi un acte écoresponsable, et même économique. Acheter en plus moins souvent, en plus grande quantité, en vrac et en commun réduit considérablement notre empreinte écologique, en plus de nous faire épargner de l’argent. De plus, en limitant notre consommation. on gagne du temps en ménage et en triage. 

Réutiliser.

Notre société nous a conditionnés à jeter les objets aux moindres bris et défauts. Une astuce, c’est de se demander si l’on peut retaper nos articles au lieu de s’en débarrasser, ou de leur trouver une nouvelle vie. Faites aller votre créativité 🙂 On peut les donner au suivant, organiser une grande vente de garage, ou les apporter à des entreprises qui recyclent nos vieilles choses. Réutiliser, c’est aussi acheter des articles d’occasion avant d’en acquérir des neufs. On a la possibilité de chercher ce qui nous manque dans les petites annonces (Vive Marketplace!), dans notre communauté et dans les friperies.

Recycler.

Un acte important, même s’il faut avant tout s’efforcer de réduire nos ordures. Regardons la quantité de recyclage que nous émettons et tentons de la diminuer. Est-ce que je peux fabriquer moi-même ces produits pour limiter les emballages ? Voici quelques exemples d’une simplicité désarmante : confectionner son houmous, son déodorant, ses barres tendres, son savon, etc. Dans cette optique, le DIY semble des plus intéressant à appliquer dans les sphères où l’on crée le plus de déchets.

Composter.

Les détritus, lorsque jetés à la poubelle, restent ensuite une source majeure de pollution, dans les sites d’enfouissement puisque enterrés hermétiquement, ils se transforment en méthane, une matière 23x plus polluante que le CO2 (oui, oui, même les matières organiques!). 

Heureusement, les restes alimentaires demeurent faciles à disposer, soit dans le compost de la ville ou d’organismes écolos, ou dans un petit compost maison. On peut même se procurer un vermicompost, qui donnera un excellent fertilisant pour les jardins. Dans celui de la ville, on peut même y mettre la litière animale, le papier de toilette et du carton, alors profitons-en!

Grâce aux menstruations écologiques, aux trucs et astuces zéro déchet et à la formule du 5 R, nous avons l’opportunité d’intégrer ce concept à nos vies un peu plus avec chaque décision que nous prenons. Profitez-en et n’oubliez pas de jeter un coup d’œil aux liens vers les boutiques et conseils zéro déchet.

Bonne découverte! 

« Même avec un minorité de la population qui adopte le ZD, on peut faire des choses grandioses » -Mélissa de La Fontaine

Article par Shakti B. Larose

Ressources zéro déchet & DIYvivre zéro déchet

Culotte menstruelles lavables et accessoires Mme L’Ovary

Circuit Zéro Déchet : géolocalisez les entreprises zéro déchet au Québec

Association Québécoise Zéro Déchet

Lespagesvertes.ca : répertoire d’entreprises écologiques